Revenu complémentaire, revenu nécessaire !

Par

woman 1594711 1920Crise sur crise ! Depuis 1973, les convulsions économiques et financières sont tellement rapprochées qu’on ne sait plus s’il s’agit de plusieurs événements distincts, ou d’un seul - comme une crise dolente, étendue de tout son long, sur cinq décennies… Et les pronostics ne sont toujours pas à la fête !

La crise économique du COVID-19 n’est pas encore arrivée qu’elle a déjà sa page Wikipedia. Inédite par son ampleur comme par sa nature, cette crise à venir nous laisse dans le doute et le désarroi… Les jeunes, les vieux, les chefs d’entreprises, les actifs et les demandeurs d’emploi : personne ne sait à quelle sauce il est sur le point d’être mangé… Mais il reste de l’espoir ! 

Oui, heureusement, tout une génération a grandi dans ce climat d’incertitude qui prévaut depuis les premiers chocs pétroliers. 

Une génération d’entrepreneurs

On a dépeint la génération Y comme une génération “no future”.

La Z comme une génération exigeante, solitaire et trop imbibée de réseaux sociaux.

Mais ce serait oublier que ces personnes, âgées de 18 à 40 ans, ont développé de véritables capacités d’adaptation face à un monde beaucoup plus incertain, plus étrange, mais aussi plus excitant que celui de leurs parents !

Les générations X et Z n’ont jamais compté sur une retraite confortable. Ni sur des placements sûrs, ou des carrières stables. 

Les jeunes dont nous parlons savent qu’ils doivent avant tout compter sur eux-mêmes, et qu’ils ne peuvent pas dépendre à 100% de l’Etat, ni de l’entreprise. Ils ont appris à “se débrouiller”, en multipliant les sources de revenu, les petits boulots, les astuces pour dépenser moins… En témoigne l’explosion récente des auto-entreprises.

Nous sommes devenus des experts dans l’art de vivre mieux, plus simplement, et plus librement ! Et si nous ne croyons pas en l’argent magique, nous savons que tout est bon à prendre...

Mieux que l’argent magique : l’argent malin !

C’est quoi, l’argent malin ? Ce sont ces petites sommes rondelettes, qui viennent mettre du beurre dans les épinards, et qui demandent un effort tout à fait raisonnable, voir négligeable. Bref, c’est ce qu’on appelle “des bons plans”. Il existe mille manières de dépenser moins et de gagner plus… 

Et si nous vous disions qu’il était possible de gagner de l’argent, tous les mois, en prenant une simple photo ? 

Dur à croire ? Et pourtant… C’est possible. Grâce à une application toute simple que vous pouvez installer sur votre smartphone : Cercle Business. 

Il vous suffira ensuite de photographier les entreprises de votre quotidien. Votre fleuriste. Votre coiffeur. L’entreprise de vos amis ou celle de vos cousins. Faites une photo de leurs produits, de leur devanture, de leur gérant… Faites preuve de créativité !

Mais au fait, à quoi sert la photo ? Elle servira d’invitation pour entrer dans club Activ’H.A : un groupement d’achat spécialement dédié aux TPE, PME, artisans, petits commerces et entreprises familiales. Le but ? Rassembler des professionnels  et, ensemble, les aider à être plus forts pour négocier tous leurs achats de fournitures. Bref. Une dynamique gagnant-gagnant, qui mérite d’être plus connue !

Vous aimeriez en faire parler autour de vous ? Vous pouvez devenir un ambassadeur d’Activ’H.A - et même être rémunéré pour cela. Si grâce à vous, une entreprise rejoint Activ’H.A, vous toucherez :

  • 20% de l'abonnement payé par l'entreprise que vous activez directement (entre 120€ et 300€)
  • 8% de l'abonnement payé par l'entreprise que vos filleuls directs activent (entre 48% et 120€).

Et ce n’est pas tout ! Car vous toucherez même de l’argent si les filleuls que vous avez parrainé réussissent à parrainer d’autres filleules. Petit à petit, vous deviendrez le véritable leader d’une communauté d’ambassadeurs, tout en soutenant le tissu économique local. 

Bref. Plus de solidarité, et plus de bonnes affaires pour tout le monde... même en temps de crise ! N’attendez plus : découvrez Cercle Business !

Lu 72 fois Dernière modification le jeudi, 25 juin 2020 15:59

Derniers articles de Benjamin Vincent